Lynx - photo : Eddy MAYEUR

Pays d'origine : Allemagne
Ascendance : Perl Feh,  Feu et Feh de Marbourg
Importance : peu répandue

Premier standard adopté le 17 octobre 1926 par le Syndicat des juges lapins Alsaciens lorrains

Club de race national officiel :
Association Nationale des Éleveurs de Lapins de races Feu Feh Chinchilla et dérivées

Clicclub3

 

Historique et généralités.

Il existe un lien avec l’origine du lapin feu, plus particulièrement le Perl Feh et le parcours du lapin Lynx.
L’éleveur Hoffmann de Düsseldorf, créateur du Perl Feh, est à l’origine de cette race apparue en 1920.
Selon ses renseignements, il s’agit d’un croisement de lapins Feh de Marbourg et de Perl Feh de couleur jaune, qui constitue l’animal de référence du lapin Lynx d’aujourd’hui. D’autres croisements s’y ajoutaient, issus de l’accouplement du Feh de Marbourg et du Feu Noir. Un lapin male issu de ce croisement, accouplé à des animaux issus du croisement jaune du Feh de Marbourg avec un Perl Feh donna une portée de six jeunes de même couleur que le Lynx d’aujourd’hui. L’accouplement des frères et sœurs de cette portée apporta la couleur constante et donna une variété, qui s’est ainsi établie sous cette forme ou plutôt dans cette couleur comme nouvelle race. Cette coloration particulière est restée constante et est devenue célèbre au-delà du cercle d’origine et bien plus que la précédente nouvelle race du Perl Feh. Par exemple sur les foires de Leipzig, pendant plusieurs années, des rangées de lapin Lynx étaient exposés, un signe de l’affection de cette race à cette époque. De nos jours encore cette race est répandue au-delà des frontières allemandes, même si sa popularité n’est plus aussi grande.
La dénomination de cette race fait suite à la couleur d’un grand nombre de fourrures présentées pour expertise à un pelletier. Ce dernier les désignait comme « colorées comme un lynx » en référence à la couleur sauvage du lynx, qui est jaune rouge avec quelques divergences. La correction du nom vers « Lapin lynx », avec à l’étranger une appellation similaire, semble justifiée.
Aujourd’hui, le Lynx est principalement élevé en Allemagne. En France, le Lynx est peu répandu, l’on ne compte qu'une dizaine d'éleveurs.

Traduction historique Patrick HAAS selon le livre « Unseren kaninchen » du DR José FILLER de 1942.

Lynx2

Photographie présente dans le livre de Friedric JOPPICH « Das Kaninchen » édition de 1959

Caractéristiques à rechercher

Poids idéal compris entre 2,500 kg et 3 kg.
Rotondité d'ensemble bien marquée.
Fourrure dense, souple, assez courte. Poils de soutien discrets.
Couleur d'ensemble bleu clair métallisé, uniformément répartie.
Entre-couleur brun roussâtre, assez large et bien délimitée.
Sous-couleur du manteau d'un blanc pur.

Lynx3Photographie Eddy MAYEUR

Lynx4 Lynx5
 Sous et Entre-couleur du manteau Sous-couleur du ventre

Photographies Eddy MAYEUR

 

A titre complémentaire, il a existé au début du 20ème siècle une race nommée
LYNX
FRANÇAIS

Créateur de la race : M. Charles HEYER, Graffenstaden (Bas-Rhin). Membre du Syndicat des Jurys pour lapins.

Produit, par hasard, d’un Noir et Feu en 1912. En 1925, la race était fixée et exposée en plusieurs exemplaires. Le standard établi par le créateur a été homologué par le Syndicat des juges des départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle, dans sa séance du 19 avril 1931.

On trouve le Standard du Lynx Français dans l’ouvrage édité en 1936 par la Fédération des Syndicats d’Aviculture du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle – « Standards d’animaux de Basse-cour, tome I, Lapins ».

Par sa taille, son type, son poids (entre 2.5 et 3.250 kg) et sa fourrure, ce Lynx français était très proche du Lynx d’origine allemande.

La différence existait pratiquement qu’uniquement au niveau de la couleur : L’ensemble devait avoir la couleur du Lynx sauvage, c’est-à-dire grisâtre-brun-rouge.

 Lynx6
Lynx sauvage

La partie terminale des poils sur environ 6 mm était un mélange de poils gris blanc ou feu.

De la base des poils jusqu’à sa jonction avec la partie terminale la sous-couleur était feu clair à la base pour devenir de plus en plus foncé en remontant vers le sommet des poils.

Le ventre avait une couleur en harmonie avec le manteau, tout en étant plus mat et plus clair. En aucun cas il devait être blanc. Sa sous-couleur était gris foncé. Les marques feu entre les cuisses devaient être bien visibles.

Avertissement : le feu du début du 20ème siècle n’était pas aussi intense que le feu rencontré aujourd’hui.

L’iris des yeux devait être marron foncé, les ongles brun foncé.

Cette race a malheureusement disparue rapidement. Dès l’édition du Standard de 1948 de la Fédération des Syndicats d’Aviculture du Haut-Rhin, Bas-Rhin et de la Moselle, ce lapin n’est plus prése

Extrait du « STANDARDS D’ANIMAUX DE BASSE-COUR Tome I LAPINS » 1936

Editeur : Syndicat des Sociétés d’Aviculture du Bas-Rhin.

Ensemble de la présentation réalisée par Jean-Jacques MENIGOZ avec l’aide de Patrick HAAS et Eddy MAYEUR (octobre 2019)