• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
L'Élevage Dossiers divers Le fanon et la balance

Le fanon et la balance

Envoyer Imprimer PDF

Le fanon et la balance     par Jean-Jacques MENIGOZ    (juin 2009)


Point de fable dans les propos qui suivent mais plutôt un souci d’aider les éleveurs à mieux maîtriser un élément de la physionomie des lapins et surtout des lapines, souvent disgracieux et pénalisant lors des jugements : le fanon.

 

Le fanon, c’est quoi ?
Le fanon est un repli cutané, envahi de graisse, qui pend sous le cou, résultant d'un décollement transversal de la peau qui se fait plus lâche. Lorsqu'il est admis chez la femelle, il doit rester simple et localisé à la partie antérieure du cou, régulièrement arrondi et non dévié (Standard).
Au niveau du glossaire du Standard, il est précisé concernant le fanon : plis cutanés transversaux, disposés à la partie antérieure du cou et de la gorge.

          Image fanon                             Image Blanc du Bouscat                     
                                Fanon 
                                                  
Fanon très peu développé - femelle Blanc du Bouscat   Eleveur T Hebert, Photographie J-J Ménigoz

 

Le fanon et son appréciation.
Pour bien mesurer l’importance du fanon dans la qualité de présentation de nos sujets, relevons ici les défauts liés au fanon. Pour être plus complet nous engloberons également les défauts de la poitrine, puisque ces défauts ont la même origine.

       Défauts généraux légers (Standard) :
Poitrine forte chez les femelles de toutes les races, sauf chez les grandes races.
Très forte poitrine chez les femelles des grandes races.
Fanon développé chez les femelles de race moyenne.
Fanon très développé chez les femelles de grande race.

       Défauts généraux graves (Standard) :
Poitrine décollée.
Fanon et début de fanon chez les mâles de toutes races.
Fanon et début de fanon chez les races naines.
Fanon chez les femelles de petite race (exception : Petit Bélier, Petit Papillon, Chinchilla, Feh de Marbourg, Doré de Saxe, Rhoen, Sablé des Vosges, Séparator,  Zibeline où sa petite taille n’est pas disqualificative chez les femelles âgées).
Fanon de travers, trop développé, double, tablier chez les femelles de toutes races.

Image défaut fanon 1           Image défaut fanon 2           Image défaut fanon 3
 Fanon de travers
                                           
Fanon double                                                      Tablier

Nous poursuivons en reprenant le descriptif du fanon que nous rencontrons dans les textes définissant l’aspect général de chacune des races :

Grandes races
Géant des Flandres                              Un fanon pas trop excessif est admis chez la femelle
Géant Blanc du Bouscat                       Un fanon, le moins développé possible est admis chez la femelle
Bélier Français                                      Le fanon n’est pas excessif chez la femelle
Géant Papillon Français                       Le fanon ne doit pas être excessif chez la femelle
Synthèse :  Pour les grandes races, le fanon ne doit pas être excessif chez la femelle.  Nul chez le mâle.

Races moyennes
Alaska                                                Le fanon, s’il existe, doit être le plus réduit possible chez la femelle
Argenté de Champagne                  Le fanon, peu développé et régulier, est toléré chez la femelle
Argenté de Saint Hubert                  Le fanon, peu développé et régulier, est toléré chez la femelle
Bélier Anglais                                    Le fanon réduit est toléré chez la femelle
Bleu de Beveren                               Le fanon est le moins développé possible chez la femelle
Blanc de Hotot                                  Le fanon le plus réduit possible est toléré chez la femelle
Blanc de Vendée                              Le fanon est toléré réduit chez la femelle
Blanc de Vienne                               Un fanon, peu développé est toléré chez la femelle
Gris de Vienne                                  Un fanon réduit est toléré chez la femelle
Bleu de Vienne                                 Le fanon, peu développé et régulier, est toléré chez la femelle
Gris Bleu de Vienne                         Un fanon, peu développé est toléré chez la femelle
Noir de Vienne                                  Le fanon, peu développé et régulier, est toléré chez la femelle
Californien                                         Le fanon, s’il existe, ne doit pas être trop développé chez la femelle
Chamois de Thuringe                       Le fanon doit être le plus réduit possible chez la femelle
Fauve de Bourgogne                       Le fanon, peu développé et régulier, est toléré chez la femelle
Grand Chinchilla                               Le fanon peu développé est toléré chez la femelle
Grand Russe                                     Le fanon, peu développé et régulier, est toléré chez la femelle
Gris du Bourbonnais                        Le fanon chez la femelle, s’il existe, ne doit pas être trop développé
Japonais                                            Le fanon peu développé est toléré chez la femelle
Lièvre Belge                                      Le fanon est nul tant chez le mâle que chez la femelle
Lièvre Belge Feu Noir                      Le fanon est nul tant chez le mâle que chez la femelle
Lièvre Belge Blanc                           Le fanon est nul tant chez le mâle que chez la femelle
Lapin Chèvre                                    Le fanon le plus réduit possible est toléré chez la femelle
Néo-Zélandais                                  Le fanon chez la femelle, s’il existe, est moyennement développé
Noir et Blanc                                     Le fanon peu développé est toléré chez la femelle
Bleu et Blanc                                     Le fanon peu développé est toléré chez la femelle   
Brun et Blanc                                     Le fanon peu développé est toléré chez la femelle
Normand                                            Le fanon, s’il existe, doit être le plus réduit possible chez la femelle
Papillon Rhénan                               Un fanon peu développé est toléré chez la femelle
Synthèse : Pour les races moyennes, le fanon chez les femelles, est nul pour le Lièvre Belge, peu développé ou réduit pour la très grande majorité des races de cette catégorie et au maximum moyennement développé pour le Néo-Zélandais. Nul chez le mâle. 

Image argenté de champagne
Fanon et tablier très développé, Argenté de Champagne

Races à fourrures caractéristiques
Rex castor                                      Le fanon réduit est toléré chez la femelle
Rex autres variétés                       Le fanon réduit est toléré chez la femelle
Satin                                               Le fanon réduit est toléré chez la femelle
Angora Français                           Le fanon n’est pas apparent
Renard                                           Le fanon n’est pas apparent
Synthèse : Pour les races à fourrures caractéristiques, le fanon est toléré réduit ou n’est pas apparent chez la femelle. Nul chez le mâle.

Petites races
Argenté Anglais                             Le fanon est nul chez les deux sexes
Brun Marron de Lorraine               Le fanon est nul chez les deux sexes
Chinchilla                                        Le fanon n’est toléré, le plus réduit possible chez les femelles âgées
Doré de Saxe                                 Le fanon n’est toléré, le plus réduit possible chez les femelles âgées
Feh de Marbourg                           Le fanon est toléré réduit chez les femelles âgées
Feu Noir – Bleu –
Havane – Feh                                 Le fanon est nul chez les deux sexes
Havane Français                            Le fanon est nul chez les deux sexes
Hollandais                                       Le fanon est nul chez les deux sexes
Lynx                                                 Le fanon est nul chez les deux sexes
Papillon Anglais                             Le fanon est nul chez les deux sexes
Petit Papillon                                  Le fanon réduit est toléré chez les femelles âgées
Petit Bélier                                      Le fanon réduit est toléré chez les femelles
Perl Feh                                          Le fanon est nul chez les deux sexes
Rhoen                                              Le fanon est toléré chez les femelles âgées
Russe                                              Le fanon est nul chez les deux sexes
Sablé des Vosges                         Le fanon est toléré réduit chez les femelles âgées
Separator                                       Un petit fanon bien formé est admis chez la femelle adulte
Zibeline / Martre                             Le fanon est toléré réduit chez les femelles âgées
Synthèse :   Pour les petites races, le fanon est nul ou est toléré réduit chez les femelles âgées de certaines races. Nul chez le mâle.

Races naines
Nain Bélier                            Le fanon est nul chez les deux sexes
Nain de couleur                    Le fanon est nul chez les deux sexes
Hermine / polonais               Le fanon est nul chez les deux sexes
Hermine de Lutterbach        Le fanon est nul chez les deux sexes
Nain Angora   --------------------------------------------------
Nain Bélier Rex                    Le fanon est nul chez les deux sexes
Nain Renard   --------------------------------------------------
Nain Rex                               Le fanon est nul chez les deux sexes
Nain Satin                             Le fanon est nul chez les deux sexes
Synthèse : Pour les races naines, le fanon est nul chez les deux sexes.

Nous le constatons à la lecture des éléments mis à plat ci-dessus que, l’éleveur, s’il souhaite présenter  des sujets de qualité, doit être vigilant tant à la présence du fanon qu’à son développement.

 

Comment maîtriser la présence du fanon et son développement?
Voila une question qui alimente très souvent les discussions. Les juges sont régulièrement interrogés sur ce sujet. L’origine est-elle héréditaire ou liée à l’alimentation ?
Nous allons essayer d’apporter des réponses, en tout cas des pistes de solution.

 

Les origines de la présence du fanon.
Il n’existe pas de réponse unique et idoine, la manifestation du fanon est la conséquence de plusieurs paramètres. Ils sont cités ci-après et leur degré d’importance n’a aucun lien avec l’ordre de leur énumération.
      Génétique, hérédité ; sur ce point nous n’avons pas la prétention de vous éclairer par quelques formules magiques, nous nous contenterons de parler de sélection.
     Alimentation ; elle est importante en terme de quantité et de qualité.
      Environnement ; nous évoquons là, le lapin et son clapier.

 

Les pistes de solution.
Nous insistons sur le fait que la présence du fanon et de son développement ne seront maîtrisés qu’en travaillant dans l’ensemble des directions. Il est absolument nécessaire de s’appliquer à mettre en œuvre tous les axes d’amélioration qui vous sont proposés.
De l’observation, de la patience, de la méthode et de la rigueur, sont requis pour avancer vers l’amélioration il faut être un véritable éleveur sélectionneur, un animalier.
Il est évident que ce qui est proposé par la suite ne s’adresse pas aux collectionneurs (qui ont trop de races dans leur élevage), aux éleveurs nomades (ceux qui changent très régulièrement de race).

La sélection :
Trois critères sont notamment à rechercher.
Les deux premiers sont liés à des paramètres physiques de pur bon sens.
Privilégier les jeunes femelles reproductrices à fanon le plus réduit possible.
Les mâles reproducteurs sont issus de femelles à fanon peu développé.
Ecarter les reproducteurs dont la peau présente un manque d’adhérence (peau lâche, trop détachée)
        

Peau très lâche
Peau très lâche  -  Photographie Standard Suisse

Petits commentaires:
comme pour tous les critères de sélection, il est judicieux de connaître l’origine des reproducteurs et de s’assurer ainsi du bien fondé de vos choix.
Il est assez fréquent de rencontrer des gènes d’obésité, notamment sur les petites races. Pour en diminuer les conséquences, mettre en pratique les pistes de solution évoquées ici. A savoir, une surveillance de l’alimentation (quantité et qualité) et une exigence accrue dans la sélection.

L’autre point, la précocité.
C’est la faculté que possèdent certains sujets, d’arriver à leur plein développement dans un temps plus réduit. Ce sont des animaux précieux. Il ne sera pas nécessaire de les pousser pour arriver au poids et le fanon apparaîtra moins facilement. Pour repérer ces sujets, la balance. Pesez régulièrement vos jeunes lapins, ce dès le sevrage, et noter vos observations. Ces notes vous aideront à déterminer les animaux les plus précoces et les accouplements vous offrant les meilleurs résultats. Le choix de vos futurs reproducteurs en sera plus aisé.

L’alimentation :
L’alimentation des lapins a une incidence directe, non seulement sur leur santé, mais encore sur la rapidité de leur croissance et l’harmonie de leur développement.
Une nourriture bien équilibrée et adaptée est nécessaire jusqu’à 3,5 à 4 mois pour les Nains, 4-5 mois pour les Petits races, 5-7 mois pour les races Moyennes et jusqu’à 8 à 10 mois pour les Grandes races. Les tissus s’allongent, les organes grandissent, les nombreuses glandes de l’organisme se développent et fonctionnent plus intensément. C’est la période de la vie ou l’organisme à des besoins importants. A titre indicatif, le taux de protéines pendant cette période de croissance se situera dans une fourchette de 16 à 17%.
Une fois le squelette formé et les muscles suffisamment développés on peut songer à une alimentation plus parcimonieuse que l’on appelle alimentation d’entretien. Pour cette période un taux de protéines de 13 à 15% est suffisant.   
Une alimentation trop abondante et trop riche, notamment en protéines, entraîne l’engraissement des animaux et nous trouvons là un terrain propice au développement de la poitrine et du fanon.
La quantité de nourriture sera adaptée en fonction de, l’âge, la taille, l’appétit des animaux, leur statut dans l’élevage (reproducteur, jeunes en période de croissance, lapins à l’engraissement, sujets de concours, femelles en gestation, mères nourrices, … ).

Pour vous aider à définir vos rations, vous trouverez ci-après quelques éléments sous forme de tableau.

Avertissement :
Les quantités vous sont données à titre indicatif, elles sont exprimées en poids (grammes) par jour pour un lapin.
Ces chiffres ne sont pas des valeurs rigides. Ce sont des moyennes qui doivent permettre à l’éleveur d’approcher au mieux les besoins.
Son sens de l’observation, son expérience et son souci d’adaptation lui faciliteront la détermination des bonnes quantités.
Pesez régulièrement vos lapins, cela vous aidera à déterminer avec précision les quantités à fournir.

 

Image ration races géantes

 

Image ration races moyennes

 

Image ration races à fourrure

 

Image ration petites races

  

Image ration races naines


A partir de quel moment l’animal passe en période d’entretien ? C’est une question qui ne peut pas avoir de réponse unique. Elle doit être adaptée selon l’élevage et ce pour un ensemble de raisons, dont notamment :
    La race
    La souche
    La vitesse de croissance des animaux (précocité)
    L’alimentation
    L’environnement
    Les conditions générales d’élevage ………………..
    
Etablir une règle absolue n’est pas possible. C’est là qu’il est important de suivre la croissance de vos sujets. Une seule solution objective, pesez régulièrement vos lapins, notez vos relevés et adaptez la ration.
Une première étape peut être utilisée lorsque l’animal atteint le poids mini de l’échelle des poids du Standard spécifique de la race élevée. Surveillez de manière plus fréquente
l’évolution de la croissance et surtout ne la forcez pas.
Deuxième étape, c’est lorsque l’animal rentre dans la fourchette de poids idéal. A ce moment il est déclaré en période d’entretien.
La meilleure méthode, sera celle que vous déterminerez pour votre propre élevage, par votre pratique, votre rigueur et vos observations.

L’environnement
Dans ce chapitre, deux commentaires supplémentaires :
Adaptez les dimensions de vos cages d’élevage à vos animaux. Des cages trop étroites contraignent le lapin à l’immobilité ce qui est favorable à la production de graisse.
En période d’entretien, n’oubliez pas d’adapter les rations à la température. S’il fait froid, le lapin a besoin, pour maintenir ses fonctions vitales et la température de son corps, d’une ration un peu plus copieuse.

 

Conclusion
Beaucoup d’entre nous ont entendu de la part de nos anciens « une bonne femelle doit avoir du fanon ». C’est à la fois vrai dans le sens ou les femelles doivent exprimer des différences morphologiques qui caractérisent le dimorphisme sexuel, et le fanon est l’un de ces éléments. Et c’est à la fois faux, car trop de fanon exprime clairement un développement important des masses graisseuses, phénomène qui n’est pas sans conséquence, notamment sur les performances de reproduction.

Ce qui m’a incité à rédiger cet article est mon souci d’aider les éleveurs. J’ai essayé à la fois d’être le plus complet possible et de fournir aux éleveurs des éléments concrets. Sans avoir la prétention d’y être arrivé, j’espère simplement que ces lignes fourniront quelques pistes d’amélioration aux cuniculteurs.

                                         Image Néo-Zélandais Bergamelli                                                
Femelle Néo-Zélandais de 5 kg, sans fanon.    Oui c'est possible !!!      Eleveur Jean-Marc BERGAMELLI

Fil d'Ariane : L'Élevage Dossiers divers Le fanon et la balance